Période d’organisation (1342-1517)

Vocations “viens, et suis-­-moi”

Période d’organisation

Franciscains qui soutiennent l'édicule du Saint-Sépulcre

Destinée à recueillir le mandat et l’héritage des Croisés, la Province de Terre Sainte est désormais lancée à la conquête spécifique des Lieux Saints et désignée pour représenter les intérêts de l’Eglise Catholique au Proche-Orient. Son existence juridique est reconnue tant par les autorités ecclésiastiques que par les autorités civiles musulmanes.
En 1347, les Franciscains s’installèrent à Bethléem en qualité d’officiants habituels de la Basilique et de la Grotte de la Nativité. En 1363, Jeanne, Reine de Naples et de Sicile, obtint un firman du Sultan d’Egypte. Sur la base de celui-ci, les Franciscains entrèrent en possession de l’Edicule et de la Tombe de la Très Sainte Vierge Marie dans la vallée de Josaphat. En 1375, les Franciscains du couvent de Bethléem purent disposer également de la « Grotte du Lait » située dans les environs de celle de la Nativité du Seigneur. En 1392, ils obtinrent le droit d’officier dans la Grotte du Gethsémani située dans la vallée de Josaphat, à quelques mètres de la Tombe de la Très Sainte Vierge Marie et, en 1485, ils adaptèrent au culte la grotte de la nativité de Saint Jean Baptiste à Ain Karim.

Avec la croissance des obligations, il y eut besoin d’une législation adaptée. En 1377 furent émis les premiers Statuts de Terre Sainte. Ils développèrent les premières prescriptions énoncées de manière sommaire dans la Bulle Gratias Agimus, prescrivant que le nombre des religieux qui prêtaient service en Terre Sainte ne pouvait pas dépasser les vingt. En ce qui concerne l’activité, les frères devaient s’occuper, outre le culte religieux dans les Sanctuaires, des pèlerins européens qui visitaient les Lieux Saints.

En 1414, se tint à Lausanne le Chapitre général des Frères mineurs. Les capitulants, comme à l’occasion des assemblées générales précédentes, traitèrent également des problèmes de la Terre Sainte et se rendirent compte qu’il était nécessaire de rendre cette Custodie plus autonome de la Province et d’augmenter le nombre de religieux à son service. Seize ans plus tard, en 1430, il fut établi que le Custode de Terre Sainte devait être élu par le Chapitre général, pratique maintenue pendant trois siècles. Par la suite, l’élection du Custode de Terre Sainte fut effectuée par le Ministre général et par son Conseil, une tradition suivie jusqu’à nos jours.

En 1517, la Custodie de Terre Sainte, tout en conservant son appellation, conquit une pleine autonomie au travers de la configuration en Province même si elle demeurait caractérisée par des prérogatives tout à fait spéciales. En parallèle avec la définition progressive de sa figure juridique, la Custodie reçut du Saint Siège des facultés et autorisations particulières dans différents secteurs, toujours en vue d’une présence plus dynamique des Franciscains en Terre Sainte.
Les frères purent ainsi se prodiguer au mieux, en particulier en ce qui concerne l’assistance spirituelle des pèlerins mais plus encore dans l’activité œcuménique, qui eut son premier couronnement durant le Concile de Florence (1431-1443) au cours duquel fut atteinte la réconciliation entre les Chrétiens séparés d’Orient et l’Eglise Catholique. Cette réconciliation se révéla bien vite éphémère et pendant près de des siècles, les Franciscains de Terre Sainte représentèrent presque la seule possibilité « in loco » de relations directes et autorisées du monde catholique avec les Eglises séparées du Proche et Moyen-Orient. Les relations avec les Eglises orientales continuèrent également par la suite jusqu’à nos jours, s’adaptant à la diversité des temps et des situations, accompagnées par de nombreuses autres initiatives prises par le Saint Siège afin de reprendre les contacts et de raviver l’esprit œcuménique. Cet apostolat spécial, bien qu’il ait fait l’objet d’un certain nombre d’enquêtes, n’est malheureusement pas connu comme il mériterait de l’être.

Une autre activité restée plutôt dans l’ombre au niveau de l’historiographie des Franciscains en Terre Sainte est l’assistance spirituelle accordée aux commerçants européens résidents ou de passage dans les principales villes d’Egypte, de Syrie ou du Liban qui s’est développée surtout à partir du XV° siècle. D’une activité temporaire à l’occasion de l’Avent et du Carême, l’assistance spirituelle devint, à partir de la seconde moitié du XVI° siècle, plus ou moins continue jusqu’à revêtir au XVII° siècle un caractère stable avec la création de résidences fixes. Les Franciscains, entrés tout d’abord comme aumôniers de Consuls de colonies commerciales européennes, y demeurèrent comme apôtres au service de tous, « irradiant la lumière de l’Evangile » autour de leurs résidences qui, progressivement, devinrent de véritables paroisses avec des œuvres annexes de différente nature.

L’Evangélisation de la Terre Sainte, à certains moments historiques, a été promue également vis-à-vis des fidèles de religion musulmans tant sous la forme d’évangélisation personnelle que collective, engagement qui donna toujours des résultats éphémères et qui porta aussi à la mort un certain nombre de frères. Furent ainsi tués, en 1391, les quatre martyrs canonisés par Paul VI le 21 juin 1970 : Nicolò Tavelich (croate), Stefano de Cuneo (italien), Déodat de Rodez et Pierre de Narbonne (français). En parlant de ces martyrs, dans le discours prononcé lors de leur canonisation, le Pape affirma entre autres choses que : « nous nous trouvons face à un témoignage paradoxal, témoignage de choc, témoignage vain, parce que non immédiatement accueilli mais hautement précieux parce que validé par le don de soi ».

Dans tous les cas, la présence des Franciscains en Terre Sainte est surtout liée aux Sanctuaires et à leur garde, notamment parce qu’en dernière analyse, toutes les autres activités tirèrent leur origine de ce but et furent finalisés à ce service d’importance primaire et exclusive pour toute l’Eglise.
Depuis le début de cette période, que nous avons appelée d’organisation, les Franciscains se sont prodigués afin de réparer les sanctuaires de Terre Sainte qui, avec le temps, étaient tombés en ruines. En 1343, fut réparé l’édifice croisé du Saint Cénacle. En 1479, sous le Gardiennat du Père Giovanni Tomacelli de Naples, fut refaite l’ensemble de la charpente du plafond de la Basilique de la Nativité à Bethléem. Afin de porter à terme cette entreprise, furent mobilisés : la République de Venise, qui offrit le bois nécessaire, le Duc de Bourgogone, Philippe le Bon, qui soutint les dépenses des travaux et Edouard IV, Roi d’Angleterre, qui offrit le plomb utilisé pour la couverture. Les événements rappelés au cours de cette période ne sont pas nombreux. Il est cependant nécessaire de rappeler que les résultats positifs obtenus furent le fruit de négociations complexes et interminables, souvent lourdes au plan économiques, affrontées dans tous les cas par l’Ordre avec une ténacité inébranlable.

  • Octobre
    • L
    • M
    • M
    • J
    • V
    • S
    • D
    • 1
    • 2
    • 3
    • 4
    • 5
    • 6
    • 7
    • 8
    • 9
    • 10
    • 11
    • 12
    • 13
    • 14
    • 15
    • 16
    • 17
    • 18
    • 19
    • 20
    • 21
    • 22
    • 23
    • 24
    • 25
    • 26
    • 27
    • 28
    • 29
    • 30
    • 31

Calendrier

04/06/2015 Célébrations

The Most Holy Body and Blood of Christ (Corpus Christi) Holy Sepulchre: 9.00 Lauds, Mass & Proc. of the Bl. Sacrament

07/06/2015 Célébrations

The Most Holy Body and Blood of Christ. Mount Sion Convent: 9.00 Mass and Procession

12/06/2015 Célébrations

The Most Sacred Heart of Jesus. S. Saviour: 17.00 I Vespers

13/06/2015 Célébrations

S. Anthony S. Saviour: 10.30 Mass - 17.00 II Vespers

23/06/2015 Célébrations

S. John in the Desert: 18.00 I Vespers Acre: 18.00 Sol. Mass

2011 - © Gerusalemme - San Salvatore Convento Francescano St. Saviour's Monastery
P.O.B. 186 9100101 Jerusalem - tel: +972 (02) 6266 561 - email: custodia@custodia.org