Area news

Vocations “viens, et suis-­-moi”

Archives

Les pièces du Terra Sancta Museum dans l'exposition "Visages de Pamyre à Aquilée"

Parmi les spécimens archéologiques de grande valeur artistique que les franciscains conservent dans leurs collections, qui sont les fruits de fouilles et acquisitions, le Terra Sancta Museum conserve plusieurs bustes, mosaïques et pièces ou cartes provenant de la zone syrienne, et en particulier des villes de Palmyre et de Zeugma. A l'occasion de l'exposition "Visages de Palmyre à Aquilée", qui se tiendra du 1er juillet au 1er octobre 2017 en Italie dans le Musée Archéologique National d'Aquilée, le Terra Sancta Museum a concédé en prêt quelques-uns de ces spécimens datés entre le Ier et le III siècle d. C. En plus de ces spécimens seront présentées d'autres pièces provenant des Musées du Vatican et d'autres musées italiens.

L'exposition s'intègre dans le cycle d'expositions "Archéologie blessée" qui, depuis 2015 déjà, a été l'occasion de la présentation d'une série d'expositions à grand succès, fruit d'une collaboration avec le Musée du Barde en Tunisie et du National Museum of Iran, qui se destinent à célébrer la ville de Palmyre en tant que symbole de résistance aux attaques à l'encontre du patrimoine culturel mondial. Le parcours de l'exposition souligne la dialogue entre les différentes cultures et entre les multiples formes d'expressions artistico-culturelles du monde romain, au côté des reliefs funéraires de Palmyre et d'Aquilée. Ces portraits partagent avec les portraits romains des formes et des modalités d'autoreprésentation dans la mort, en se montrant comme une source précieuse pour la reconstruction du tissus social des deux métropoles. Les deux villes, l'une placée en position de centre caravanier aux confins séparant l'Occident gréco-romain et l'Orient Perse, l'autre au point de rencontre entre les principales routes méditerranéennes et européennes, furent durant des siècles des centres multiculturels et multilingues où fut élaboré un langage figuratif, fruit de l'éclectique apport de traditions différentes.
L'exposition, organisée par le Pôle muséale du Friuli Venezia Giulia et la Fondation d'Aquilée, a été assurée par Cristiano Tiussi, directeur de la Fondation d'Aquilée. Trois portraits sur mosaïques (représentant les trois provinces romaines de la Mauritanie, de l'Afrique et de l'Allemagne), quatre bustes funéraires et trente pièces en argiles proviennent du Terra Sancta Museum de la Custodie. "A la fin des années 800 à Alep, une famille syrienne donna plusieurs de ces objets au couvent des franciscains - explique Sara Cibin, du Terra Sancta Museum - et il est probable qu'ils aient été conservés en passant par le marché antiquaire clandestin".
Présentée à l'occasion d'une conférence de presse à Rome en présence du ministre italien des biens culturels Dario Franceschini, "l'exposition a pour objectif de mettre en évidence les relations culturelles qui, dans le monde romain, liaient Palmyre et Aquilée", affirme Mme Novello. "Pour la mise en place de l'exposition, nous avons effectué également la restauration de plusieurs de nos spécimens et du Terra Sancta Museum - explique la conservatrice de l'exposition -. Ils ont été rapportés à leur caractérisation originelle et des traces de Polychromie ont été mises en lumière, en particulier dans les yeux d'un des reliefs, qui n'était pas visible avant".

Avec l'aval de l'archéologue Père Eugenio Alliata et du responsable des biens culturels de la Custodie Père Stéphane Milovitch, les reliefs qui étaient à Jérusalem sont arrivés à Aquilée, accompagnés par Sara Cibin. "Je trouve extraordinaire que ces œuvres aient traversé le Moyen-Orient et que, bien qu'étant des représentations païennes, elles aient été préservées par les franciscains en tant que témoignage de la civilisation humaine", affirme Sara Cibin. En ces temps difficiles pour la Syrie, l'art est aussi en danger, autant que les gens. C'est pour cela qu'il est important que ceux qui sont capables d'être porteurs de lumière et de confiance continuent à œuvrer. C'est ce que font les franciscains de la Custodie de Terre Sainte, qui, en ces années de guerre, sont toujours restées aux côtés des gens . Grâce au soutien d'ATS Associazione Pro Terra Sancta , en plus des aides spirituelles, ils peuvent offrir un soutien matériel à la population et continuent ainsi à promouvoir des initiatives de reconstruction . Afin que l'espérance ne s'éteigne jamais.

Corrado Scardigno Terra Sancta Museum
Beatrice Guarrera Custodia.org


Articles Connexes

« Sur les pas du lion » : trésors de Venise exposés à Jérusalem

Des objets qui racontent l’histoire: une exposition sur la pharmacie de la Custodie

2017/06/29

  • Septembre
    • L
    • M
    • M
    • J
    • V
    • S
    • D
    • 1
    • 2
    • 3
    • 4
    • 5
    • 6
    • 7
    • 8
    • 9
    • 10
    • 11
    • 12
    • 13
    • 14
    • 15
    • 16
    • 17
    • 18
    • 19
    • 20
    • 21
    • 22
    • 23
    • 24
    • 25
    • 26
    • 27
    • 28
    • 29
    • 30

Calendrier

04/06/2015 Célébrations

The Most Holy Body and Blood of Christ (Corpus Christi) Holy Sepulchre: 9.00 Lauds, Mass & Proc. of the Bl. Sacrament

07/06/2015 Célébrations

The Most Holy Body and Blood of Christ. Mount Sion Convent: 9.00 Mass and Procession

12/06/2015 Célébrations

The Most Sacred Heart of Jesus. S. Saviour: 17.00 I Vespers

13/06/2015 Célébrations

S. Anthony S. Saviour: 10.30 Mass - 17.00 II Vespers

23/06/2015 Célébrations

S. John in the Desert: 18.00 I Vespers Acre: 18.00 Sol. Mass

2011 - © Gerusalemme - San Salvatore Convento Francescano St. Saviour's Monastery
P.O.B. 186 9100101 Jerusalem - tel: +972 (02) 6266 561 - email: custodia@custodia.org